philosophie

Les illusions de la planétarisation heureuse

La médiasphère  oppose  le nationalisme fermé et barbare à la planétarisation ouverte et heureuse . La Société des Nations, l’Organisations des Nations Unies, les clubs de réflexion planétaires, les firmes internationalisées, participent de ce changement d’échelle qui transcende la finitude de la Nation.

Les politiques d’aujourd’hui sont les instruments passifs et complices de ce mouvement de planétarisation qui s’est opéré en France selon les séquences suivantes. En 1945, la création des nations Unies scelle l’association entre le Nation et la guerre. L’avènement d’un pacte de sécurité commune à travers le Conseil de sécurité de l’ONU ouvre une idéologie post-nationaliste. A cette période, s’ouvrent les trente glorieuses qui transforment en profondeur les structures sociales : déclin de la ruralité, tertiarisation de la société, montée du consumérisme qui trouve son expression dans le mouvement libéral et libertaire de mai 1968. En 1957, la Communauté économique européenne vient créer une coopération économique à l’échelle européenne ayant vocation à être de plus en plus intégrée. La création de la cour européenne des droits de l’homme en 1959 donne une architecture juridique à cette planétarisation du droit qui n’en est qu’à ses débuts. En 1989, l’effondrement du bloc communiste précipite la « fin de l’histoire » (F. Fukuyama), l’extension du capitalisme par une ironie singulière de l’histoire venant après l’effondrement d’une société socialiste construite trop tôt si l’on s’en tient à un schéma marxiste. Ce mouvement d’ensemble a été accompagné en France par des politiques visant à dépouiller l’Etat de sa souveraineté et de ces leviers stratégiques : les vagues de dénationalisations des années 1980, le vote du Traité de Maastricht, celui, parlementaire, du Traité de Lisbonne en 2008, la politique des grands ensembles comme la création en 2008 de l’Euro-méditerranée, la réintégration dans l’OTAN en 2009 sont autant de paliers qui ont accéléré l’immersion de la France dans ce mouvement de planétarisation libéral et post-national.

Bien sûr, les mêmes politiques affirment que cette planétarisation est heureuse. La droite libérale et libertaire reste prisonnière de Montesquieu et de la conception du doux-commerce : les hommes étant naturellement dans un état de guerre, les échanges viennent les socialiser, le commerce contribue à les civiliser. Le commerce est une guerre symbolique, médiatisée par l’argent et permet ainsi  de contribuer à la diffusion et au maintien de la paix. La gauche social-démocrate voit symétriquement un intérêt à cette planétarisation : la planétarisation désincarne les peuples, les coupe des traditions multiséculaires et des racines. Elle va permettre les évolutions sociétales qu’elle appelle de ses vœux promouvant l’individu roi et privilégiant les droits capricieux fondés sur le droit à consommer les choses et les personnes.

De ce point de vue, le XXIème siècle qui s’ouvre vu par les élites politiques et médiatiques est une parodie du XVIIIème siècle où la rhétorique de la quête du bonheur collectif est la somme des plaisirs individuels assurés par quelques grands groupes mondialisés qui ont pris en main nos destins (cf. les GAFAM et les NATU).

Il est aujourd’hui patent que cette planétarisation est anxiogène et contribue à détruire la continuité historique et le ciment civilisationnel des nations. La  cohésion nationale, construite par des années, des décennies voire  des siècles de douleurs partagées , de conquêtes communes est détruite par l’affaiblissement des frontières, de culte de l’Autre, le mépris du même et la fascination pour le métissage qui semble être le sens de l’histoire et même de la nature. La Nation n’est plus l’ « échelon critique ni pertinent ». Le seul échelon de souveraineté est l’individu et celui qui s’adresse à lui et à lui seul dans le monde contemporain : l’entrepreneur.  Ces deux acteurs peuvent orchestrer la planétarisation  qui est l’empire de l’individu- roi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s