Affaires extérieures

L’Etat et l’Islam : une nécessaire théocratie

Dans la religion islamique, la séparation entre Dieu et César n’a pas lieu d’être. Fusionnant les deux ordres, elle ne peut être que théocratique.

L’islam est une théologie non incarnée qui considère Allah comme le créateur et le maître absolu de toutes choses, de toute vie et de tout instant. Il n’y a pas dans la théologie islamique de causes secondes ou des causes occasionnelles mais une causalité unique, suprême dans laquelle la liberté n’est que le masque de la volonté divine d’où la soumission qui est au cœur de la théologie islamique. La liberté humaine est nécessairement transgressive dans la mesure où elle ne peut que perturber l’ordre divin alors que dans la théologie chrétienne, elle le sert dans un ordre providentiel que chaque dépositaire de la liberté ignore mais auquel il concourt. La parole d’Allah a été recueillie par Abraham et d’autres prophètes comme Noé, Moïse, Jésus mais cette parole a été dévoyée par les juifs et les chrétiens d’où une ultime intervention divine pour fonder la vraie religion et permettre aux hommes de vivre selon les plans d’Allah. La révélation d’Allah à Mahomet du Coran supérieure à la Torah et aux évangiles est une révélation qui clôt toutes les révélations. De ce point de vue, alors que la révélation chrétienne passe par le langage humain et implique la médiation de l’interprétation (Saint Augustin, De Doctrina christiana), la révélation mahométane est la transcription directe de la parole divine en langue arabe. Elle n’est pas interprétée, pas médiatisée par un quelconque clergé mais doit être simplement récitée. Elle est prescriptive au sens où elle contient le salut des âmes et le salut de la cité dans un monisme tout à fait opposé à la distinction chrétienne entre l’ordre de la nature et l’ordre de la grâce, entre la cité terrestre et la Cité de Dieu (Saint Augustin, Cité de Dieu).

Ainsi, le monde musulman ne peut être que théocratique. Si la vérité révélée par Allah régit la vie des âmes et la vie sociale sans la séparation que connaît le christianisme, la politique ne peut être que l’organisation du maintien de la soumission populaire à ces préceptes. La solubilité de l’Islam dans la République et les valeurs de liberté telle que nous les connaissons en Occident est une imposture.

De surcroît, la vocation seconde des musulmans est de soumettre la terre entière à la loi d’Allah. La division théologique du monde est consubstantielle à sa division politique. Dans la tradition musulmane, le monde est divisé en deux parties : le domaine de la soumission à Dieu où les préceptes spirituels et politiques sont rigoureusement appliqués grâce à la charia  (dar-al-Islam) et le domaine de la guerre (dar-al-Harb) où l’islam doit être implanté. Dans le dar-al-Islam, le non-musulman (le dhimmi) est toléré en échange d’un impôt (le kharadj) destiné à inciter à la conversion à l’Islam. Il existe un troisième domaine, celui des incroyants (dar-al-Koufr) qui désigne les territoires ou la charia s’est appliquée mais où elle ne s’applique plus et qui est considéré comme un territoire perdu à reconquérir de manière impérative comme la Palestine, la Turquie laïcisée par Ataturk et dans une moindre mesure l’Espagne. Ce statut éclaire les tensions géopolitiques actuelles au Moyen-Orient, les territoires palestiniens colonisés par Israël étant le modèle du basculement inacceptable du dar-el-Islam dans le dar-el-Harb. Reccep-Tayyip-Erdogan, le président turc est quant à lui le symbole de la reconquête musulmane et de la conversion du dar-al-kufr au dar-al-islam. De ce point de vue, symboliquement, géopolitiquement et spirituellement, il occupe aujourd’hui une place stratégique centrale dans l’expansion de l’Islam car la Turquie est cet hinterland entre des mœurs occidentalisées et un passé musulman enraciné qui attend de ressurgir. Le référendum constitutionnel turc sur la présidentialisation du régime en avril 2017 a donné lieu à l’organisation de meetings politiques en Europe qui ont déclenché des incidents diplomatiques majeurs. Si les Pays-Bas ont vigoureusement interdit la tenue de ces meetings, la France, une fois n’est pas coutume, a autorisé la participation du ministre des Affaires étrangères à Metz. On ne peut qu’être choqué de cette présence du militantisme politique turc sur le territoire national. Cela matérialise une forme de colonisation politique ou tout au moins un activisme propagandiste sur les territoires étrangers, ce qui est inacceptable.

Par ailleurs, l’Islam est une civilisation qui n’a pas une conception de l’histoire identique à celle de l’Occident. Dans la civilisation occidentale, l’histoire est héraclitéenne. Elle est un mouvement perpétuel qui a un sens comme l’ont défini l’hégélianisme à travers Marx ou le christianisme à travers le providentialisme. En Occident, l’ordre de la grâce est éternel, l’ordre de la nature s’inscrit dans une temporalité circulaire organisée par le dynamique génération-corruption comme l’a défini Aristote dans la Métaphysique, les hommes s’inscrivent dans l’histoire conçue comme mouvement linéaire orchestrant le progrès technique, technologique, social et politique. L’abandon de Dieu en Occident a laissé place à une religion de l’histoire et a une naturalisation du concept de Providence à travers le Progrès. Cette naturalisation de l’ordre de la grâce n’a pas été effectuée par l’Islam si bien qu’il n’y a pas à proprement parler de pensée de l’histoire. Tout dans l’Islam arabo-musulman, la langue, la spiritualité, porte vers les sciences mathématiques et les détourne de l’histoire. L’intégration du Progrès dans la civilisation islamique mène à une aporie irréconciliable dans la mesure où le modèle civilisationnel à suivre est l’installation de la société et des hommes dans un immobilisme et un conservatisme qui permettent la vie selon les préceptes d’Allah.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s